Vivre à Saint-Amand-Montrond
>
Sport et Loisirs
>
Le Canal de Berry

> Le Canal de Berry

Le canal vous invite à de belles balades sur ses berges, à pied ou à vélo.

 

in english

 

 

Découvrez le canal de Berry avec France 3

 

L’Office de Tourisme vous a concocté des parcours de 1 à 24 km, rendez-vous sur le site de l’office en bas de page pour en savoir plus.
  

Alimentant les forges au nord du Berry en minerais et en charbon, le Canal de Berry est mis en service en 1839. Il connaît son apogée en 1860. Avec la révolution industrielle et l’arrivée du train, il devient peu rentable et est déclassé en 1955.

Depuis 1996, l’ARECABE (www.arecabe.org), association pour la réhabilitation du Canal de Berry, agit en faveur de ce patrimoine industriel et aujourd’hui, le canal renaît comme lieu de détente et de loisirs.

 

 

ACTUALITE

 

Article publié le 10/03/2015 par le Berry Républicain

 

Lionel Delhomme est vice-président du nouveau et unique Syndicat du canal de Berry

 

Lionel Delhomme est depuis janvier le vice-président du Syndicat du canal de Berry en charge de la portion entre Sancoins et Epineuil.

© Estelle BARDELOT

 

Amoureux de marche et du canal de Berry, Lionel Delhomme a été élu vice-président du Syndicat du canal de Berry qui, depuis janvier, gère la totalité du tracé du canal dans le Cher.

 

interview

Petit, il se souvient des promenades dominicales le long du canal de Berry. « Je jetais des cailloux dans l'eau », se remémore Lionel Delhomme, conseiller municipal saint-amandois et vice-président du nouveau Syndicat du canal de Berry, né le 1 er janvier de la fusion des quatre syndicats en charge de la gestion de ce patrimoine historique. Rencontre avec un passionné de marche qui veut valoriser le canal et qui veille sur la portion entre Sancoins et Épineuil-le-Fleuriel.

 

Enfin un syndicat unique pour la gestion du canal de Berry. Ce fut long… Ce Syndicat du canal de Berry est né de la fusion des quatre syndicats ( Smercab, SMCB, SMICB et Sircabva, N.D.L.R.). Avec quatre syndicats, tout était plus compliqué car ils n'avaient pas les mêmes objectifs, ni les mêmes budgets. Il était aussi parfois difficile d'avoir l'accord de toutes les communes. Avec le projet de mettre en place le canal de Berry à vélo, il fallait un syndicat fort. Mais pour l'obtenir, ce fut long car il fallait l'adhésion de tous les maires des trente-trois communes traversées sur 196 km. C'est fait et la fusion a eu lieu le 1er janvier 2015.

 

Quel est le but du syndicat ? Présidé par Pascal Méreau, son but est de valoriser le canal de Berry, de gérer la qualité de l'eau, de l'animer, de pérenniser les ouvrages du canal. C'est une tâche immense.

Vous êtes en charge de la partie du canal entre Sancoins et Épineuil-le-Fleuriel. Dans quel état est-il sur cette portion ? C'est une portion de 40 km que je connais bien car dans le cadre du club que je préside Saint-Am rando, j'y fais de la randonnée pédestre et de la marche nordique. Certaines parties sont bouchées et elles le resteront. En revanche, il faut trouver une solution pour celles qui ne sont pas bouchées, mais pas en eau, c'est notamment le cas vers Épineuil-le-Fleuriel.

Un cabinet d'études sera choisi pour le pont-canal de la Tranchasse

Le pont-canal de la Tranchasse se dégrade chaque jour un peu plus. Son franchissement est interdit depuis un an. Que compte faire le nouveau syndicat ? Ce dossier était à l'ordre de la réunion du syndicat en février. Il a été évoqué dans le débat d'orientations budgétaires. C'est un dossier lourd qui fait intervenir des élus, l'État… Nous allons trouver un cabinet d'études pour faire un état des lieux précis du pont-canal. Mais on ne peut pas faire n'importe quoi et cela prend du temps.

Est-ce une priorité pour le nouveau syndicat ? La priorité c'est le canal à vélo et cela passe par le franchissement du pont-canal.

Des travaux sont-ils déjà prévus sur la portion saint-amandoise du canal ? La partie en meilleur état est celle entre Bourges et Vierzon. C'est la première partie sur laquelle auront lieu des travaux. C'est notre « pavillon témoin ». Les études seront lancées cette année. C'est un projet de 20 millions d'euros sur dix à quinze ans. La deuxième tranche sera la partie Saint-Amand-Epineuil vers 2020. Il y a davantage de travaux, il faut créer une piste cyclable, enlever des racines, prévoir la signalisation…

Le canal de Berry peut-il devenir une source de développement économique du Sud du cher ? Oui, c'est notre patrimoine. Ce canal, c'est notre Tour Eiffel. Nous devons en profiter pour développer le tourisme, trouver des hébergements pour les marcheurs, créer des animations. Tout cela peut être créateur d'emplois. Il y a là une richesse et un potentiel économique fort. Car, outre le canal de Berry à vélo, il y a aussi le projet de chemin de randonnée entre Meillant et le canal.

Quelles animations peuvent être envisagées ? Il y a déjà la brocante du canal en août à Saint-Amand qui draine des milliers de visiteurs. On peut mettre en place d'autres animations le long du canal. Le canal de Berry est fréquenté par des marcheurs, par des cyclistes, on peut imaginer une journée avec un repas champêtre, des animations… Ce canal, on va le promouvoir…

Avez-vous un rêve pour lui ? Qu'on puisse prendre le train à Saint-Amand avec son vélo, descendre à Montluçon et revenir en longeant en canal, après avoir fait une halte au musée du canal de Berry de Magnette et manger au bord de l'eau…

 

 

            Randonnées sur le canal de Berry