Vivre à Saint-Amand-Montrond
>
Culture
>
La Bibliothèque Municipale

> La Bibliothèque Municipale

L'accès à la bibliothèque et à la consultation sur place des documents sont gratuits, libres et ouverts à toute personne inscrite  ou non, dans le respect des missions et du règlement intérieur.

 

31 cours Manuel, 18200 Saint-Amand-Montrond
Tél : 02 48 96 74 97
Courriel : bibliotheque@ville-saint-amand-montrond.fr

 

Le guide du lecteur

 

Horaires

 

Espace ados/adultes :

Mardi, jeudi, vendredi : 14 H-18 H

Mercredi : 10 H -12 H /14 H-18 H
Samedi : 10 H - 12 H /14 H-17 H (sauf juillet et août : ouverture 9 H -13 H - fermeture l’après-midi)

Espace jeunesse :

Mardi, jeudi, vendredi : 16 H-18 H (ouverture dès 14 H pendant les vacances scolaires)
Mercredi : 10 H -12 H /14 H -18 H
Samedi : 10 H -12 H/14 H-17H (sauf juillet-août ouverture : 9 H-13 H - fermeture l’après-midi)

 

 

Tarifs 2017

 

 Animations

 

Vos rendez-vous à la bibliothèque

 

 

Bâtiment

 

La bibliothèque municipale Isabel Godin propose un espace clair et spacieux de 1.200 m2, réparti sur 4 niveaux.

 

> Le rez de chaussée comprend une salle d'exposition de 80 m2, et l'espace de lecture publique ados/adultes.

> Le 1er étage est réservé au personnel. Il est également dédié à la conservation des collections patrimoniales.

> Le 2ème étage est entièrement dédié à l'espace jeunesse, avec des collections pour les enfants de 6 mois à 12 ans.

> Enfin, au 3ème étage, l'espace réservé aux animations, aux conférences et aux réunions.

 

Un peu de notre histoire

 

En 1834, la première bibliothèque fut instituée à une époque où le gouvernement de Louis Philippe jetait l’ébauche de l’enseignement primaire et se préoccupait de l’éducation des adultes.

 

Elle réunissait les saisies révolutionnaires et le fonds de l’ancien couvent des Carmes (100 ouvrages) avec entre autres les missels donnés par le prince Henri II de Condé aux révérends pères Carmes et des classiques latins offerts par le roi Louis Philippe à notre ville. Elle était étroitement liée aux Archives de la ville.
 

En 1884, elle devint un service à part entière, logé dans une pièce très étroite, longue et sombre, en arrière de la salle des réunions du conseil municipal de la mairie. Elle est devenue une bibliothèque populaire qui prit de l’extension à partir de 1912 à la suite de l’envoi de livres par Monsieur PAMS, Ministre de l’Agriculture, puis par le don, la même année, d’une collection de documents inédits et de l’Histoire économique de la révolution Française, don effectué par Monsieur POL NEVEUX, Inspecteur général des Bibliothèques. Monsieur Auguste MALLARD avait quant à lui donné un exemplaire de son ouvrage en 1895.

La bibliothèque possédait déjà un classement et un catalogue mis en place par Monsieur PIVOTEAU, le responsable de l’époque qui céda ensuite sa place à Monsieur BRADY DE LA MOTTE. Les dons des particuliers permirent de porter le nombre de livres à 2.086 en 1912 pendant que le nombre de lecteurs s’accroissait d’année en année

En 1916 le legs de 1.070 livres par Monsieur AUCLAIR donna un nouveau départ à l’institution : son fonds s’étoffait et elle se voyait octroyer une seconde salle.

Son évolution se poursuivit doucement entre les deux guerres : elle fut gérée entre autres par monsieur André SOCCARD, professeur au collège et Monsieur RABY

Il fallut attendre 1945 pour qu’une forte impulsion lui soit donnée par les municipalités successives, impulsion qui correspondait à la démocratisation croissante de l’enseignement secondaire de notre pays.

Elle déménagea dans l’ancien magasin Andanson en face de la mairie à l’angle des rues Raoul ROCHETTE et Philibert AUDEBRAND. Ce local, quoi que plus lumineux se révéla inadapté. Elle occupa ces lieux des années 50 jusqu’à la fin des années 70 et sera dirigée par Monsieur Marcel BOURDIN. Ce professeur de collège reçut tous les samedis soirs de 17h à 19h un public de plus en plus nombreux.

En 1981 la bibliothèque s’installe dans une salle plus spacieuse de l’école MARCEAU lui permettant d’attirer un nouveau public : les scolaires
Elle propose de nouvelles animations autour du conte.
Un nouveau bâtiment en construction sur l’emplacement de l’ancienne gendarmerie sera dédié uniquement à la bibliothèque ce qui permettra dès lors une réelle exploitation des fonds anciens et la proposition de nouvelles animations et d’expositions.

Elle sera inaugurée le 19 décembre 1984 en présence des ambassadeurs d’équateur en France et de France en Equateur sous le nom de centre culturel Isabel GODIN.


Ce choix correspond au rapprochement de notre ville avec RIOBAMBA, capitale de la province du Chimborazo en équateur. Dès le XVIIIème siècle ces deux villes étaient jumelées au travers du mariage d’Isabel DE GRANDMAISON Y BRUNO, très jeune avec le Saint-Amandois Jean GODIN DES ODONAIS.
La nouvelle bibliothèque n’oublie pas non plus de mettre à l’honneur les imprimeurs qui ont choisi Saint-Amand-Montrond pour y établir leurs activités.
Les 21 salles adulte et jeunesse portent respectivement les noms de Robert BUSSIERE, imprimeur de romans et de livres de poche et Roger CLERC, imprimeur de documentaires et de bandes dessinées.

Elle a accueilli en 1989 les archives communales ce qui a permis à un nombre de personnes sans cesse croissant de venir faire leurs recherches généalogiques.
En septembre 2003 le fonds Berry est accessible aux lecteurs.

En 2008, elle est informatisée et se prépare pour une prochaine Médiathèque.

 

Collections patrimoniales

 

La bibliothèque municipale Isabel Godin s'efforce de conserver et rendre accessible des collections particulières, exceptionnelles par leur rareté ou leur richesse.

 

Tantôt initié par la bibliothèque, tantôt initié par des collectionneurs publics ou privés, ce fonds comporte environ 5.000 ouvrages dans tous les domaines du savoir dont :

 

> un fonds ancien qui regroupe les ouvrages imprimés (livres, journaux, revues, brochures cartes, plans) de 1501 à 1815. Ce fonds comprend également des éditions saint-amandoises anciennes ou relatives  à Saint-Amand-Montrond.

> un fonds XIXè siècle dans lesquels sont représentés des ouvrages de littérature populaire, de littérature de gare, des ouvrages scientifiques déposés par l'Etat...

> la réserve où sont conservés :

> les manuscrits modernes et  contemporains (manuscrits et documents de l'Ancien Régime, correspondance d'écrivains,...).

> les documents rares et précieux de toutes les époques (éditions rares, belles reliures,...).

> les fonds spécialisés, en cours de constitution.

 

D'amour et d'amazone

 

D’Amour et d’Amazone le livre d’Anthony SMITH paru le 15 septembre 2006 aux éditions Intervalles, raconte l’incroyable histoire d’amour entre Jean GODIN DES ODONAIS, jeune membre de l’expédition La Condamine partie vers le PEROU pour mesurer l’équateur en 1735 et Isabel de CASA MAYOR.


Après avoir été séparée de son mari pendant plus de 20 ans, Isabel entame la descente de l’Amazone au sein d’une expédition de 42 personnes dont elle sera la seule survivante.
Les deux amants finiront leurs jours à SAINT-AMAND-MONTROND, après avoir traversé une dernière fois l’Océan Atlantique en 1773.

 

Cette histoire d’amour franco-équatorienne ne s’arrête pas là, car elle a inspiré des liens profonds entre SAINT-AMAND-MONTROND et L’EQUATEUR.


Aujourd’hui jumelée à la ville de RIOBAMBA, SAINT-AMAND-MONTROND abrite plusieurs couples franco-équatoriens.

Le samedi 30 septembre 2006 dans la Cité de l’Or, le sénateur maire Serge VINÇON   (1949-2007) et l’ambassadeur de l’Equateur procédaient au lancement officiel du livre d’Amour et d’Amazone. Les descendants de Jean GODIN étaient présents à la présentation de ce livre imprimé sur les rotatives de l’imprimerie BUSSIERE.
Le livre d’Anthony SMITH est dédié aux habitants de SAINT-AMAND-MONTROND car l’auteur est venu plusieurs fois à SAINT-AMAND-MONTROND pendant ses recherches sur Isabel.
L’histoire même du livre est extraordinaire. Anthony SMITH a découvert l’histoire d’Isabel à travers ses propres explorations en AMAZONIE. Venu sur place pour ses recherches, il a été impressionné par l’aide fournie par les habitants de la ville ainsi que par la vivacité de la mémoire d’Isabel à SAINT-AMAND-MONTROND.

 

Prix littéraire Alain Fournier

 

Contact : Prix ALAIN-FOURNIER
31 cours Manuel, 18200 Saint-Amand-Montrond - Tél : 02 48 96 74 97
Mail : prixalainfournier@ville-saint-amand-montrond.fr

 

Le Prix ALAIN-FOURNIER, fondé en 1986, est remis chaque année par la ville de Saint-Amand-Montrond en hommage à l’auteur du GRAND MEAULNES et pour récompenser un romancier dont les qualités d’écriture et d’inspiration permettront de pressentir une personnalité authentique qui mérite d’être encouragée dans le déroulement de sa carrière littéraire.

 

Les romans susceptibles d’être retenus sont des premiers, seconds ou troisièmes romans, écrits en langue française. Ils doivent avoir été publiés durant l’année civile précédente et l’auteur ne doit avoir reçu préalablement aucune distinction de dimension nationale.

 

Il est doté d’un chèque de 2.000€ qui est remis officiellement au lauréat à l’occasion des journées du livre de Saint-Amand-Montrond. Le Prix Alain-Fournier a la particularité de compter dans son Jury à la fois des « amateurs éclairés » (douze lecteurs locaux) mais aussi des « lecteurs professionnels », les anciens lauréats étant « membres de droit du Jury ».   

 

LES LAUREATS DU PRIX ALAIN FOURNIER

 

> 1986 Pierre BERGOUGNOUX Ce pas et le suivant (Gallimard)

> 1987 Jean LODS Le bleu des vitraux (Gallimard)

> 1988 Richard JORIF Le navire Argo (Bourin)

> 1989 Luce TILLIER L’ordre troublant des nénuphars (Kupczyk)

> 1990 Philippe DELERM Autumn (Editions du Rocher)

> 1991 Anne-Marie GARAT Chambre noire (Flammarion)

> 1992 Régine DETAMBEL Le long séjour (Julliard)

> 1993 Amélie NOTHOM Hygiène de l’assassin( Albin Michel)

> 1994 Alain DELBE Les îles jumelles (Phébus)

> 1995 Nicolas KIEFFER Peau de lapin (Seuil)

> 1996 Xavier HANOTTE Manière noire (Belfond)

> 1997 Dominique SIGAUD L’hypothèse du désert (Gallimard)

> 1998 Laurent ARDENNE Le Mal de Malifaut (Le temps des cerises)

> 1999 Louis MASPERO Une île au bord du désert (Editions de l’Aube)

> 2000 Joël EGLOFF Edmond Ganglion et Fils (Editions du Rocher)

> 2001 Adeline YZAC Le dernier de la Lune (Editions du Rouergue)

> 2002 Véronique OLMI Bord de mer (Actes sud)

> 2003 Dominique MAINARD Leur histoire (Editions Joëlle Losfeld)

> 2004 Jean-Louis SERRANO Le monde m’était promis (Editions de l’Aube)

> 2005 Karine MAZLOUMIAN Tanguer (Editions Plon)

> 2006 Hélène BONAFOUS Morsures (Editions le Passage)

> 2007 Laurence TARDIEU Puisque rien ne dure (Editions Stock)

> 2008 Karima BERGER Filiations dangereuses (Editions Chèvrefeuille étoilée)

> 2009 Yasmine CHAR La main de Dieu (Gallimard)

> 2010 Tatiana ARFEL L'attente du soir (José Corti)

> 2011 Pierre CENDORS Engeland (Finitude)

> 2012 Yamen MANAI La sérénade d'Ibrahim Santos (elyzad)) 

> 2013 Gaëlle JOSSE Nos Vies désaccordées (Autrement)

> 2014 : Gaël BRUNET La battue (La Brune au Rouergue)

> 2015 : Marie-Aimée LEBRETON Cent sept ans (Buchet Chastel)

> 2016 : Cécile Huguenin La saison des mangues  (éditions Héloïse d’Ormesson)

> 2017 : Guy Boley Fils du feu  (éditions Grasset)

 

Toute l'actualité du Prix Alain-Fournier

 

Règlement du Prix Alain-Fournier

 

ALAIN-FOURNIER REPERES DATES ET LIEUX 

 

> 3 octobre 1886 : naissance à la CHAPELLE D’ANGILLON (Cher) de Henri Alban FOURNIER, fils d’Auguste FOURNIER, instituteur au hameau du Gué de la Pierre.

> 1er octobre 1891 installation de la famille à EPINEUIL-LE-FLEURIEL où Monsieur FOURNIER est nommé - Epineuil est Sainte Agathe dans « le Grand Meaulnes ».

> Entre temps, Isabelle, sœur d’Henri a vu le jour en 1889.

> 1er octobre 1898 : Henri FOURNIER est inscrit en 6ème au lycée Voltaire à PARIS.

> 1er octobre 1901 : Inscription au lycée de Brest pour y préparer l’école navale.

> Janvier 1903 : Après avoir obtenu la première partie du Baccalauréat, il gagne Bourges où il fréquente le lycée pour décrocher sa « philo ».

> Octobre 1903 Lycée Lakanal à Sceaux où il s’inscrit en « lettres supérieures ». rencontre avec Jacques RIVIERE qui deviendra son ami et épousera Isabelle.

> 1er juin 1905 Première rencontre avec mademoiselle Quièvrecourt (Yvonne de Galais dans le roman). Séjour à Londres puis à Nançay où il projette son roman.

> 24 juillet 1907  il est admissible à l’Ecole Normale Supérieure, il est refusé à l’oral, Mademoiselle de Quievrecourt se marie.

> Octobre 1908-avril 1909 Service militaire : Dragon, fantassin et enfin sous-lieutenant au 88ème RI à Mirande Gers.

> 1910 Journaliste à « Paris Journal » où il est chroniqueur littéraire. Influence de Charles Péguy et Marguerite Audoux.

> Le « Grand Meaulnes » est en chantier.

> Septembre 1912 Le plan du « Grand Meaulnes » est publié en quatre parties.

> 29 septembre 1913 Emile Paul publie « Le Grand Meaulnes » dans son intégralité. La critique est très partagée.

> 1er août 1914 Henri Fournier est mobilisé.

> 22 septembre 1914 Le lieutenant Fournier est porté disparu dans un engagement. Tué aux Eparges, dans les bois de Saint Rémy, il a été enterré par les Allemands.